Home Projet européen Projet Européen AL4ED – COMPTE RENDU

Projet Européen AL4ED – COMPTE RENDU

0 1382

Mobility à PARIS du 15 au 18 septembre 2014

Objet :

Il s’agit de travailler et de partager une approche du patrimoine naturel et urbain français et plus particulièrement parisien à partir de pratiques et de techniques artistiques, développées « in situ » et mobilisées de façon individuelle et collective.

Organisateur :

Cie Egg’s Écho, partenaire français du projet AL4ED

Participants :

Nos partenaires Anglais (4), Grecs (7), Italiens (3), Lettons (2), Norvégiens (3), et Turcs (7) ce qui représente, avec les membres d’Egg’s Echo un total ayant pu avoisiner 40 personnes.

Déroulement de la mobility:

lundi 15 septembre 2014 :

Arrivée, installation des partenaires dans leur hôtel et première réunion collective à « la Casa Nostra », ayant pour objet la présentation générale des grands axes du regroupement et plus particulièrement à partir d’un PowerPoint (réalisé par Marlène VEYSSIERE) centré sur le Land art et ses attendus. Ce qui a permis de donner l’axe de travail proposé par les intervenants et de mettre l’accent sur le côté artistique et éducatif de notre compagnie dans ce domaine.

Mardi 16 septembre 2014 :

La journée se déroule à Versailles avec un double objectif : découvrir les jardins « à la française », et entrer en contact avec la nature par la pratique du « YI Quan » (posture de l’arbre). Deux espaces ont été retenus pour cela: le Potager du Roi, le matin et le Domaine Elisabeth, l’après-midi.

L’arrivée à Versailles et le chemin parcouru par le groupe pour arriver au Potager du roi s’est bien déroulé. Nous étions attendus par Elisabeth NAWOJ (adjointe au responsable du Potager du Roi) et une introduction à l’atelier : « Cadrer avec quels outils? » est exposée.

Miene MATHON propose un cours sur le thème de la « perspective à partir du regard et de l’écoute ». Il s’agit de choisir « in situ »  les captages possibles, pour comprendre une mise en espace et en scène, et d’étudier ainsi « quels processus d’analyse d’un espace » sont envisageables pour sa représentation, et avec quelles techniques.Il s’agit aussi du premier temps d’une démarche artistique et donc créative qui sera reprise pendant les trois jours afin d’étudier le paysage, sachant que les deux jours suivants se dérouleront en milieu urbain et qu’une étude sur « le vide » est prévue et apparait comme indispensable pour capter « l’humain dans la ville ».

Le beau temps et le fait que cet endroit est intéressant par son histoire, sa forme et son exploitation actuelles, ont permis d’avoir des impressions et des captures, dessinées et photographiées par chaque membre du groupe avec, in fine, une mise en commun.

Le repas du midi est pris collectivement dans une crêperie et, après une marche à pied dans la ville de Versailles, arrivée au Domaine Elisabeth où Denis ISSE, responsable du service départemental des espaces verts, nous accueille. Cela consistait en une explication en français, anglais et turque de l’historique du parc, des arbres et végétations remarquables ainsi que la lecture que nous pouvons en faire aujourd’hui dans le cadre de paysages « à la française » et « à l’anglaise » et d’inclusion d’œuvres de Land art contemporain.

Des interventions intéressantes sont aussi produites par des partenaires européens, membres du groupe, spécialistes dans le domaine de la biologie et de la poésie et notamment par Mariella MORBIDELLI et Francis DOMBRET. Puis déambulation dans les allées avec le groupe pour arriver au lieu choisi par Pascal PASQUIER, en amont, pour présenter son art.

Pascal nous a ainsi donné un cours Yi Quan, « postures de l’arbre » que le groupe a suivi, à partir de ses instructions, de façon agréable et dans un rythme apprécié par tous. Le cours a abouti à une leçon de sérénité avec in fine une démonstration concrète de l’efficacité de sa technique; particulièrement dans le domaine de l’équilibre et des postures corporelles « d’enracinement ». Chacun s’est ensuite dispersé dans le paysage pour approfondir personnellement sa relation avec la nature.

Puis le groupe s’est reconstitué pour poursuivre la promenade et quitter le parc après avoir pris quelques boissons fraiches, avant de rentrer à Paris.

Pascal a accompagné celles et ceux qui le souhaitaient pour une visite en soirée du centre de la ville. C’était une façon de se retrouver en dehors du cadre des cours et en mode « visite libre » à Paris.

Mercredi 17 septembre 2014 :

Le rendez-vous est fixé le matin au square d’Anvers.

Trois groupes sont constitués :

. Un groupe constitué des responsables par pays partenaires, pour le Staff Meeting (qui doit se tenir à ce moment, compte tenu du départ obligé de l’un d’eux). Le CR de cette réunion est annexé ci-dessous.

. 2 groupes pour la poursuite des méthodes et techniques liées à l’approche artistique du paysage, cette fois urbain.

–       Le photographe plasticien Sylvain SOLARO introduit son cours sur « le cadre », en prolongement de l’intervention de la journée précédente. Puis il emmène son groupe sur la butte Montmartre et le Sacré Cœur pour des réalisations photographiques de prises de vues « in situ », incluant toutes formes dynamiques de cadrage.

–       La peintre Isabelle DUBOSC aborde la thématique « du vide » dans son atelier avenue Trudaine Paris 75009. Les participants sont invités à placer sur une feuille des espaces différents (carrés, rectangles allongés, triangles bien proportionnés). Ils font ainsi l’expérience des espaces restés vides dont il est possible de configurer les formes en fonction du déplacement des figures géométriques. Grâce aux vides et aux pleins, il est possible d’induire des sensations différentes, de cohérence, de désordre, de complétude, d’étouffement, etc.

Le repas de midi est pris, sous forme de piquenique au square Villemin, en présence de Hervé ROUSSEL, trésorier d’Egg’s Echo, Emanuelle CASTANG de l’association THEEMA, Gilles ROUX, ingénieur agronome et entomologiste, membre de l’association « Le Poireau Agile », et Françoise PITRAS, consultante en développement local membre de l’Association « Ville Mains jardin ». Le square Villemin est un jardin partagé, avec les habitants du quartier, les classes d’école et les habitants du quartier. Les explications données par Gilles et Françoise ont fait apparaître une réalisation tout à fait novatrice pour l’ensemble des participants.

L’après-midi, Miene poursuit son cours démarré le lundi à Versailles, cette fois sur le développement des données captées, réfléchies ou déclinées sous forme de jeu en noir et blanc et flipbook. Cette méthode se veut pédagogique pour son aspect images et schémas rythmés sous forme de jeu. Ces flipbooks feront l’objet d’une exposition avec les carnets de road-book, comme prévu au démarrage du projet AL4ED. Cet atelier se déroule sur le bord du Canal Saint Martin. Il conduit à des productions individuelles (croquis et dessins) qui sont présentées et analysées collectivement.

Le soir la plupart des partenaires se retrouve autour d’un verre, sur une terrasse à Montmartre.

Jeudi 18 septembre 2014:

Patrick WAELES et Simone PETRUCCI attendent l’ensemble du groupe à la station de métro Louvre-Palais Royal et des photos de groupe sont faites dans l’espace redessiné par Daniel BUREN.

Puis le groupe se retrouve Passage Vivienne pour un atelier expérimental « in situ », devant se dérouler pour la matinée, sur le thème « du labyrinthe ». C’est Ioana VIOLET, plasticienne et art thérapeute de l’association Artees association pour la promotion
de l’éducation des enfants
par les arts et les sciences, qui encadre ce temps de découverte, accompagnée de deux assistantes stagiaires, Vanessa DESPRES et Annalisa COCOZZA.

D’une manière générale, le travail sur le labyrinthe nécessite plus qu’une demi-journée afin de permettre l’intériorisation d’éléments  connectés au lieu, au cadre et au fonctionnement du groupe. Dans le dispositif habituel, ce qui est proposé c’est l’acquisition d’éléments nécessaires pour ensuite arriver à bâtir une performance (cette préparation peut prendre de 3 jours à une semaine).

Dans le cas présent ce qui est prévu, c’est un atelier expérimental d’une demi-journée visant une sensibilisation au dispositif. Pour plus d’efficience, dans ce court laps de temps, ont été envisagés un temps d’écriture et un temps expérientiel in situ. Compte tenu de son effectif, le groupe a été partagé en deux pour suivre à tour de rôle les deux phases, (écriture et déambulation dans le labyrinthe)

–       la déambulation étant finalement réalisée dans les jardins et colonnades du Palais Royal et non dans le Passage Vivienne comme initialement prévu.

–       l’écriture étant effectuée dans un café (pour plus de calme)

Des aléas divers ont fait que le temps de travail effectif s’est réduit à moins de 2H. Ce qui a un peu chamboulé le déroulement de l’atelier, car les groupes n’ont pas pu changer de rôle entre l’écriture et l’expérientiel.

Cependant le groupe dans son ensemble a bien réagi et bien travaillé.

Le temps pour échanger a cependant manqué or ce temps fait partie du dispositif même, notamment pour cette phase expérimentale. C’est pourquoi il est intéressant de retravailler les ressentis et les impressions des participants, notamment en sollicitant les témoignages écrits qui seront analysés lors de la prochaine mobilité.

Ioana a inclus à ce compte-rendu un PDF en anglais (ci-joint).

Le repas de midi s’est déroulé chez Chartier, rue de Montmartre, avec la découverte du lieu, son histoire et la qualité de cuisine française. De nombreux échanges se sont déroulés pendant ce repas assis.

L’après-midi, le groupe est attendu pour la découverte de la nouvelle salle de spectacle au Centre la Tour des Dames qu’ Egg’s Echo a louée afin de se réunir et d’échanger selon les idées de chacun. Le centre de la Tour des Dames est géré par la Fédération de Paris de la Ligue de l’Enseignement. Nous sommes reçus par Lila DESTELLE, directrice adjointe.

SIMILAR ARTICLES

0 602

0 481

NO COMMENTS

Leave a Reply